presse-offset-l

Fabrication d'un agenda Quo Vadis de A à Z

20 mai 2016
  • News Quo Vadis

Près de 9 millions d’agendas et carnets produits chaque année.

Chaque année, nous fabriquons près de 9 millions d’agendas et carnets dans notre usine de Carquefou, en Loire-Atlantique (44). Il existe 150 modèles différents, imprimés en 15 langues d’édition comme le japonais, le tchèque, le catalan ou encore le russe.

L’agenda Quo Vadis en 3 étapes

 Connaissez-vous les 3 principales étapes de fabrication d’un agenda Quo Vadis ?

  • Imprimerie

« Peu d’encre, mais tellement importante ! »

L’impression est la première étape du processus de fabrication de l’agenda, et l’une des plus importantes. Nous utilisons des presses feuilles et une rotative. Nos presses feuilles sont très récentes et offrent toutes les aides à la conduite actuellement disponibles.

L’impression d’agenda est une école de rigueur car le moindre défaut saute immédiatement aux yeux de l’utilisateur. Une ligne ou un caractère mal imprimé se voit très facilement sur un agenda. Ils sont par contre très difficiles à repérer sur une feuille de papier de 72 cm x 105 cm, sur laquelle plusieurs pages sont imprimées et qui pourtant contient une grande majorité de blanc. Et ceci doit se faire à la vitesse de l’impression, c’est-à-dire à plus de 10 000 feuilles à l’heure, soit près de 3 feuilles à la seconde !

Yannick Launay, l’un des référents techniques de l’imprimerie, le dit très bien : « Quand on imprime une image, les variations d’encrage sont en partie cachées par l’image elle-même. Quand on imprime une grille d’agenda, tout se voit. On n’a pas droit à l’erreur ! « 

  • Façonnage

« La qualité et la durabilité »

Le façonnage est la suite d’opérations qui conduit de la feuille imprimée à l’agenda papier. Un agenda « simple » demande cinq opérations, un agenda complexe jusqu’à onze avant de pouvoir utiliser le produit !

La première qualité d’un agenda est sa durabilité. Certes, il est conçu pour durer un an, mais pendant cette année, il doit être ouvert plusieurs fois par jour, transporté dans une poche ou un sac, laissé dans un véhicule au soleil… Combien de livres subissent un tel traitement ? Et pourtant, nos agendas tiennent parce que nous contrôlons à chaque étape de leur réalisation qu’elle a été faite dans le respect de nos exigences.

Et la qualité ne s’arrête pas à la solidité : le pliage exact pour que les grilles s’alignent bien, la bonne perforation des coins qui permet de les détacher facilement, l’application minimale de la colle pour faciliter l’ouverture, etc.  Autant de points qui font l’objet de contrôles approfondis et sur lesquels nous ne transigeons pas.

  • Couvertures

« L’esthétique et la fonctionnalité »

Ce qui fait de l’agenda un accessoire de la personne, c’est bien la couverture ! Les matières, les couleurs, les finitions sont des éléments de choix très importants. Pour nos gammes disponibles en magasin, nous avons 16 matières différentes, avec jusqu’à 5 coloris dans chaque matière. Et pour les agendas publicitaires, c’est plus de 24 matières et jusqu’à 12 coloris par matière !

Contrairement à la production du livre, qui est très automatisée, la fabrication des couvertures repose beaucoup sur des activités manuelles. Nous avons des machines pour réaliser certaines opérations mais le geste manuel compte pour beaucoup. La piqûre autour des couvertures, par exemple, peut être faite par des machines à coudre robotisées, mais la coupe du fil pour que la couverture soit bien finie n’est que manuelle. Et certaines couvertures nécessitent une piqûre manuelle. Dans ce cas, ce sont la dextérité et la compétence de l’opératrice qui sont les garants de la qualité du produit.

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Votre commentaire