loi_carlson_800x350px_L

Loi de Carlson

24 novembre 2016
  • Optimiser son temps

La loi de Carlson ou l’optimisation du temps de travail

Beaucoup se sont penchés sur la question de l’optimisation du temps de travail. Managers, sociologues, économistes, chefs d’entreprise et même psychologues du travail entre autres. Il existe ainsi des « lois », portant généralement le nom de leur inventeur, pouvant aider à planifier un emploi du temps professionnel.

Quelques lois pour optimiser le temps de travail

Parmi les plus intéressantes, on trouve la loi de Pareto (se concentrer sur l’essentiel, prioriser les tâches) ; la loi de Murphy (garder une marge pour les imprévus) ; la loi de Douglas (restreindre les zones de rangement, avoir un espace de travail bien rangé où tout est facilement accessible) ; la loi de Confucius (l’expérience n’est pas forcément garante de réussite, il faut savoir analyser ses erreurs pour aller de l’avant) et enfin la loi qui nous intéresse ici, la loi de Carlson (ne pas laisser un planning se faire « parasiter » par des interruptions du travail à effectuer).

La loi de Carlson

Cette loi semble si logique et frappée au coin du bon sens qu’il ne paraît pas utile de l’inclure dans la liste ci-dessus. Et pourtant, il est souvent nécessaire de s’en remémorer les recommandations. Le postulat de départ est que plus l’on s’interrompt dans son travail et moins l’on est productif. Le temps perdu lors de cette discontinuité est supérieur à celui de l’interruption. Il faut le temps de remobiliser sa concentration, de se remettre à sa tâche et parfois même de revenir un peu en arrière. C’est le cas par exemple lors de la lecture d’un dossier. Si la lecture a été troublée, il est fréquemment nécessaire de revenir plusieurs paragraphes en arrière pour se replacer dans le contexte.

Des chiffres pour mieux appréhender le problème

C’est l’économiste suédois Sune Carlson qui a donné son nom à la loi. Son étude du phénomène de l’interruption comme « pire ennemi de la productivité » date du début des années 1950. Cette enquête a révélé qu’un cadre était stoppé (par un tiers ou de lui-même) dans sa tâche environ toutes les vingt minutes. Une étude récente vient de révéler que de nos jours, l’omniprésence d’Internet dans les bureaux et la généralisation des « open spaces » ne simplifient pas la concentration. C’est toutes les douze minutes environ qu’un cadre est distrait de son activité ! Et le temps perdu n’est pas l’unique conséquence de ces suspensions. Il a été constaté qu’à la reprise du travail, le pourcentage d’erreurs est multiplié par deux !

Quelle est la nature de ces interruptions ?

Prenons un exemple significatif : une personne est penchée sur un dossier fastidieux qui demande beaucoup de concentration. Elle est dérangée par un appel téléphonique, puis elle regarde ses mails. Dans la foulée, elle décide de prendre sa pause. Elle se rend à la machine à café, rencontre un ou plusieurs collègues, discute avec eux, bref elle va perdre toute sa concentration et au-delà, le fil de ce qu’elle était en train de faire… Il va alors s’ensuivre une éventuelle procrastination. L’employé(e) est d’autant plus démotivé que le travail est difficile et sollicite une grande application.

Qu’elle est la solution ?

Il n’est évidement pas question d’enfermer le personnel dans des petits bureaux et de l’empêcher de prendre une pause ! Il s’agit pour lui d’être capable, par exemple, de terminer une tâche ardue avant de s’interrompre. Pouvoir mettre son téléphone sur silencieux, se retenir d’aller lire ses mails (en décidant de ne les regarder que deux fois par jour), si possible s’isoler des collègues et de faire abstraction de tout ce qui pourrait troubler la « bulle de concentration ». Commencer sa journée avec le travail le plus ardu peut être une des solutions (prônée par la Loi de Laborit).

Conclusion

En limitant les interruptions, le travail est mieux réalisé, il comporte moins d’erreurs et c’est autant de temps de gagné. Du temps que l’on pourra passer à faire des tâches moins urgentes mais qui ne seront plus sans cesse remises au lendemain !

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Votre commentaire