Chronomètre marine

Le chronomètre de marine

24 février 2017
  • Tout sur le temps

A l’époque des premières colonisations maritimes, il était très difficile de se repérer en mer. Les marins pouvaient mesurer la latitude grâce à la position du soleil mais ne pouvaient pas définir précisément l’endroit où ils se trouvaient. Face à cette situation, des scientifiques se sont penchés sur l’invention d’une horloge utilisable en mer appelée le chronomètre marine car les horloges à balancier, très courantes à cette époque, ne l’étaient pas.

 

Le chronomètre de marine: de nombreux essais avant l’invention réussie
La première évocation du terme « chronomètre » est apparue au XVI ème siècle tandis que les premiers travaux commencèrent au XVII ème. C’est Christiaan Huygens qui tenta le premier de supprimer le pendule en le remplaçant par un balancier et un ressort. Cette première avancée, appréciée par Colbert et Louis XIV, fut toutefois trop imprécise pour être utilisée en mer.
Apres les échecs successifs de Jérémy Thacker et d’Henry Sully, John Harrison créa l’ancêtre du chronomètre de marine. Ces deux premières versions révélaient une faiblesse du point de vue des forces centrifuges, problème qu’il régla avec sa troisième version en 1759. C’est en 1761 que son chronomètre fut reconnu avec l’obtention du prix.
De nombreux modèles de chronomètres de marine sont exposés au musée national de la marine de Greenwich.

Le mécanisme du chronomètre de marine
Le chronomètre de marine est, dans sa version finale, un garde temps muni d’une aiguille trotteuse qui fait un saut à chaque demi-seconde et d’un échappement à détente. Ce mécanisme est monté sur une suspension permettant au chronomètre de rester en position horizontale même en mer. Une majorité des chronomètres de marine est équipée d’un indicateur de marche comme les aiguilles et le cadran le sont pour la montre. Pour protéger cette technologie et la garder précise, le chronomètre est placé dans un boîtier solide, par exemple un boîtier en acajou.

Comment l’utiliser?
Lors du départ d’un bateau en mer, le chronomètre de marine est réglé sur le méridien de Greenwich. On règle sur le méridien de Greenwich dans la mesure où c’est celui du départ pour les Européens. Pour utiliser le chronomètre correctement, il faut également se munir des tables de navigation comme le Nautical Almanach et la Connaissance des Temps. Ces tables de navigation permettent au navigateur de se repérer en fonction de la position du soleil.
Pour connaître la longitude, l’officier doit confronter le chronomètre, au passage du soleil, au méridien de Greenwich. Il faut calculer la différence entre la position donnée par les tables et celle donnée par le chronomètre pour obtenir la longitude.

Et maintenant?
Aujourd’hui, il existe toujours des chronomètres de marine même si ceux-ci ont été améliorés. Effectivement, la maîtrise de cet outil est encore exigée lors de certains examens maritimes notamment pour devenir officier. Ces chronomètres sont maintenant à quartz et peuvent bénéficier d’une aide GPS pour assurer une précision maximale.
Toutefois, il existe désormais des instruments de mesure beaucoup plus précis pour aider les navigateurs, par exemple des aides électroniques telles que LORAN et les systèmes de positionnement par satellites.

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Votre commentaire