spaceinvaders_800x350px

L'invasion Space Invaders

24 mai 2017
  • Tendances

space_invaders_250x250

Space Invaders fut, en 1978, l’un des premiers et des plus populaires jeux vidéo à être proposé au Japon sur ce que l’on appelait alors les bornes arcade. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour coloniser tous les autres continents. Depuis près de 20 ans, un artiste français se cachant sous le pseudonyme d’Invader a décidé de littéralement permettre à certains des petits personnages de ce jeu d’envahir nos rues…Et cette invasion urbaine se poursuit jusque dans nos bureaux: agendas, cahiers de texte, sac à dos et trousses. Space Invaders est aussi présent sur notre nouvelle Collection Rentrée des Classes 2017-2018!

Le jeu en lui-même : empêcher une invasion extraterrestre de la Terre

La plupart des personnes nées dans les années 1970 ou au début des années 1980 ont certainement déjà joué au moins une fois dans leur vie à Space Invaders. Ce jeu vidéo se présente sous la forme d’un « shoot them up » dont l’objectif principal est d’éliminer un maximum d’envahisseurs extraterrestres n’ayant pas que de bonnes intentions à notre égard, à bord d’un petit vaisseau semblant bien chétif par rapport à ces derniers… Et si vous en êtes nostalgiques, sachez qu’il est encore très facile de pouvoir jouer à Space Invaders sur de nombreuses plates-formes gratuites !

L’artiste et ses remarquables fresques et frasques

Comme pour tous les jeux de cette époque, Space Invaders présente des graphismes pixélisés à l’extrême (ce qui n’enlève par ailleurs rien à sa jouabilité). Des pixels que l’on retrouve à l’honneur dans les œuvres urbaines d’Invader, un artiste français reconnu internationalement pour ses représentations de personnages sortis tout droit de l’univers « Space Invaders ». L’artiste mondialement connu tient pourtant à garder l’anonymat le plus complet. Tout ce que l’on sait de lui, c’est qu’il est né en 1969 et qu’il est diplômé de l’ENSBA (Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts) de Paris, l’une des écoles supérieures d’art les plus prestigieuses de la planète. Cette volonté de rester anonyme découle peut être de la crainte d’être poursuivi pour avoir installé la plupart de ses créations sans en avoir l’autorisation.

Mais quelle mouche a bien pu piquer Invader ?

Les œuvres d’Invader sont pour la plupart composées de carrelages et de mosaïques, des techniques permettant de leur conférer un aspect particulièrement pixélisé et de se sentir ainsi vraiment plongé dans un autre univers. Invader a déjà placé plus de 3 000 de ses « invasions », comme il les appelle, dans le monde entier, de Paris à Bangkok, en passant par Melbourne et Los Angeles. Mais cela amène à se demander: pourquoi fait-il cela ? Tout simplement parce qu’il a constaté, comme de nombreux artistes, que les salles d’exposition ne sont bien souvent fréquentées que par le même genre de public et qu’une grande majorité des personnes ne savent même pas qu’elles existent. Il a donc décidé d’envahir à sa manière l’espace public afin de sensibiliser et de toucher tout simplement le plus de gens possible.

Avec ses œuvres visibles par tous les publics, on peut affirmer qu’Invader est bien un véritable artiste de rue et qu’il s’est approprié cet espace exceptionnel d’une manière pour le moins originale. Le tout dans le but d’embellir le monde qui nous entoure !

Pour retrouver toute la gamme Space Invaders rentrée des Classes 2017/2018, cliquez ici. Et pour les fans, sachez qu’en ce moment, une exposition « Hello my game is… » est présente au Musée en Herbe à Paris jusqu’au 3 septembre 2017.

Commentaires

  • Aucun commentaire.

Votre commentaire